C’est une anecdote qui nous ramène aux heures de gloire de la french touch. Tiré du livre French touch de Stéphane Jourdain, elle nous explique comment un sample est à l’origine du clash entre deux des plus gros producteurs French Touch de la fin des années 90.

In the beginning…

L’histoire commence en 1998, dans un vol vers la Winter Music Conference, Christophe le Friant (alias Bob Sinclar) fait la connaissance de Thomas Bangalter (alias la moitié de Daft Punk). Le courant passe rapidement entre les deux personnalités pourtant très différentes (Thomas étant plutôt introverti alors que Bob Sinclar est quelqu’un d’assez extraverti).

Bob Sinclar avec son bagout et son charisme naturel propose à Thomas Bangalter de travailler sur un morceau à deux. Il lui parle de son album, de ce personnage de Bob Sinclar (sorte de héros moustachu) : l’idée séduit Thomas Bangalter.

De retour à Paris, Bob Sinclar donne à Thomas Bangalter le morceau “Bad Mouthin'” de Motown Sounds, en lui montrant le sample pour qu’il travaille dessus.

•”Bad mouthin'” de Motown Sounds (1978)

 

La touche Thomas Bangalter

Pendant toute une nuit, Thomas Bangalter travaille sur le morceau, en extrait un autre sample et vient poser par dessus un vocal de Jane Fonda (madame aérobic dans les années 80).

511wnYD1GrL._SY450_

• “Arms” de Jane Fonda (1981)

 

Ce vocal, Thomas l’a depuis un moment en stock. Il a même pensé l’utiliser dans une de ses productions pour le label Roulé. C’est ainsi que “Gym Tonic” est né!

• “Gym tonic” de xxxxxxxx (1998)

Un tube en puissance

Pour protéger sa création, et pour la forme, Thomas Bangalter fait signer un papier à Bob Sinclar. De toutes façons Thomas n’a pas les droits sur les samples de Jane Fonda et de Motown Sounds… Le deal entre les deux est le suivant : Thomas donne le morceau à Bob Sinclar pour son futur album, mais le nom de la moitié des Daft Punk doit apparaitre nulle part. Et surtout Bangalter demande de ne pas faire de single avec ce morceau. Et pourtant…

Quelques mois plus tard, les premiers feedbacks sur l’album de Bob Sinclar arrivent. C’est un succès auprès de la profession ! Seul hic, c’est le morceau “Gym Tonic” qui fait l’unanimité et non l’album en entier…

Pris par le succès et les nombreuses sollicitations, Alain Hô (du label de Bob Sinclar Yellow) explique que Warner (qui distribue les disques de Yellow) se rend compte du hit en puissance dans son catalogue.

Petite trahison entre amis

Bob Sinclar est mal à l’aise. Pas de single, mais un maxi… Pourquoi pas ? Ils tentent – en vain – de joindre Thomas Bangalter à Los Angeles. Même chose avec Pedro Winter (le manager de Daft Punk à l’époque) : pas de réponse.

Suite à la pression de la maison de disque, Bob Sinclar craque et sort une centaines de maxis destinés à la “promo only”. Ils se retrouveront quand même chez les disquaires. Cerise sur le gateau, au moment de la sortie de l’album de Bob Sinclar, le nom de Thomas Bangalter figure sur les crédits de Gym Tonic.

Les nouveaux amis commencent à régler leur compte par avocats interposés, et la presse s’empare de l’affaire. Le clash entre les deux producteurs est bien là.

Fin de l’histoire

Warner sortira finalement un “Gym and Tonic” au rabais, par le producteur Spacedust (sic). La rumeur dit que Yellow est à l’origine de ce tour de passe-passe.

A noter que Thomas Bangalter s’est fait piquer un autre sample au début des années 2000… Qui a été utilisé dans un hit house connu de tous. L’occasion d’y revenir dans un prochain article !

——–

Stéphane Jourdain, l’auteur de French Touch : des raves aux supermarchés : l’histoire d’une épopée électro  a sorti une suite : French Touch 1995-2015, une épopée électro.