Cuisine de Prod. vol. 4 & 5

9
47

Il y a quelques mois je diffusais une vidéo signée Nicolas, Cuisine de Prod, sur les différentes étapes de la création d’un titre à base de samples.
Cette fois-ci ce sont deux nouvelles vidéos, axée autour de l’autosampling, que je vous propose de découvrir :

La création de la « matière première » :

Et l’autosampling :


Merci à Nicolas pour ses explications techniques très détaillées, un bon moyen de découvrir l’envers du décor. 😉

9 COMMENTS

  1. Toujours aussi doué le gars. Sa polyvalence d’homme orchestre (parfois même bricoleur) est bluffante.
    Ils utilisent pas mal de plugins freeware ce qui lui permet, je pense, de limiter les frais sur la partie software. Ils nous manquent juste, par curiosité, le temps de conception de cet exemple.

    Par contre, s’ils s’y mettent tous à l’autosampling, « ben maintenant elle va marcher beaucoup moins bien forcément » la recherche d’originaux plein de poussière. 😉

  2. Superbe vidéo,cool le gars en plus!
    Comme quoi il y a vraiment moyen de pondre de bons petits titres sans debourser le moindre « pesetas ».
    Les vidéos anglos saxonnes devraient en prendre de la graine:une vidéo française avec des sous titres en anglais!!!L inverse se fait rare!
    Merci/thanks Nicolas. 😉

  3. @Cosmicboy : Non, mais je l’ai tellement vu et revu. De plus l’extrait avec la 2 cv en morceau a servi pour une pub il y a quelques temps. Cette phrase est d’ailleurs cité dans un autre film en clin d’oeil. Je laisse deviner lequel bien sûr. 🙂

  4. Justement étant donné que l’on en parle(indirectement)je pense a Bourvil puis forcement Louis–>Rabbie Jacob–>musique–>sample–>Mc Solar.
    C’est quand même dingue qu un tel générique a été samplé lol!!!

  5. Salut à tous,

    Merci pour les commentaires… Ça fait bien plaisir !
    Pour le temps passé à réaliser une vidéo comme ça, je dirais 2 voir 3 bien pleins, mais avec l’habitude, je vais de plus en plus vite. Je pense d’ailleurs en faire de nouvelles d’ici la nouvelle année.
    Le but c’est de montrer le système D (autosampling et plugins freewares), mais ce n’est qu’une excuse pour montrer comme le dit Yann l’envers du décor, et comment faire un remix façon « Justice ».

    Merci encore à Yann et si vous avez des questions, n’hésitez pas.

    Nicolas

  6. Je suis d’accord avec toi Pej, mais cette histoire d’autosampling est entre autre une excuse pour faire le double de taf pédagogique (2 vidéos pour le prix d’une). Après, la question des droits est une réalité, mais je suis conscient que l’autosampling enlève à l’esprit du sampling.

  7. Résumé de l’autosampling, du sampling et leur esprit: « Je me fais pas chier » c’est pas moi qui le dis c’est le gars de la vidéo lui même qui le dit

    Je ne sais pas si on peut le considérer comme un musicien, ce qu’il fait ressemble plus à de la MAO (Musique assistée par ordinateur) qu’aux heures de travail et de répétitions passées sur une composition manuscrite ou improvisée par un musicien à proprement parlé

    Ce qui m’amène à penser c’est: est ce que ce que fait ce jeune homme est du « travail »???
    Il donne plutôt l’impression de rester cloué dans son fauteuil rivé devant son écran d’ordinateur un peu comme les informaticiens qui créent des programmes

    Parce que tout ça à un gout de « production à la chaine »:

    Moi j’ai le logiciel audacity et j’ai des musiques de toutes les époques donc je peux tous les jours créer quelque chose de soit disant « nouveau » tout simplement en piquant dans un morceaux préalablement choisit les 30sec qui m’intéressent (et oui c’est bien souvent très courts les samples des fois même c’est une phrase sur une musique originale qui dure 3 minutes!!!)

    Et dernière question: est ce que les gens qui font du sampling écoutent vraiment la musique dans son ensemble ou n’écoutent-ils que les quelques courts passages qui les intéressent pour faire leur bidouillages???

    Pour ceux qui font de l’autosampling c’est à peu près la même chose sauf que c’est l’auteur qui fait la chanson
    Pour la suite on « focalise » sur les quelques passages qui sont bien et ont fait un loop sur des drums qui rappellent les hits de l’ancien temps
    L’avantage de l’autosampling c’est que même à partir d’une chanson qui n’est pas terrible on arrive en sélectionnant les parties le moins pires pour en faite quelque chose d’à peu près potable

    Et c’est comme ça qu’on nous inonde les oreilles à longueur de journée sur les radios avec des titres qui sont pondus en quelques clics

    Le problème c’est que ces gens sont tout seul dans leur studio et ils n’ont pas d’échanges avec d’autres personnes comme lorsqu’on est dans dans un groupe.
    Et au final ils finissent pas tourner en rond et faire la même chose pour nee citer qu’un exemple les deux titres d’ Ocean drive « Some People » et « Without You »sont quasiment les mêmes quand on écoute bien

    Il n’y a qu’un seul artiste à ma connaissance qui travaille seul, et qui est capable de se remettre en cause dans sa création musicale: c’est Prince
    Mais lui il a du génie, du talent et malheureusement ce n’est pas cas de tout le monde…..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.