Comment De La Soul a finalement réussi a clearer les samples de ses premiers albums

3
496

Le mystère est enfin dévoilé. Maintenant que les albums de De La Soul vont enfin ressortir, on en sait plus sur la manière dont tout ça s’est passé. Le site Okayplayer s’est entretenu avec la personne chargée de s’assurer que tous ces samples pouvaient être utilisés – Deborah Mannis-Gardner.

Voici l’interview traduite en français :

Votre travail avec De La Soul a connu des hauts et des bas pendant au moins une décennie. Parlez-moi de ces autres efforts pour que leur musique soit autorisée à la diffusion numérique. Pourquoi cela n’a-t-il pas fonctionné, et qu’est-ce qui était différent cette fois-ci ?

Tommy Boy Records [le label de De La Soul à l’époque] et De La étaient mes clients depuis le début, mais Tommy Boy a choisi de faire beaucoup d’autorisations en interne. Puis, c’est revenu… il faudrait que je cherche en quelle année, mais c’était quand De La était encore avec Tommy Boy. Tommy Boy a fait appel à DMG Clearances pour essayer de clearer tous ces albums, parce qu’ils avaient déterminé qu’ils n’avaient pas le droit d’effectuer des sorties numériques.

Lorsque nous avons commencé à approcher les éditeurs et les labels, la presse a fait état de problèmes entre les membres de De La Soul et Tommy Boy Records. Lorsque nous les avons contactés, beaucoup de détenteurs de droits d’auteur n’avaient pas envie de se retrouver au milieu de cette bataille. Ils voulaient des arriérés de paiement de Tommy Boy. Ça n’avançait pas. Ce n’était pas du tout une réussite.

Lorsque le catalogue a été vendu à Reservoir [Media] – et Reservoir a été si merveilleux de le rendre aux gars – je l’ai contacté en disant que j’aimerais aider à faire en sorte que cet album historique soit diffusé correctement, car il y a des générations qui n’ont pas eu l’occasion d’entendre De La Soul. Vous voulez parler de l’histoire du hip-hop et du rap, et nous avons le 50e anniversaire – c’est ça. De La Soul est l’exemple le plus brillant de ce que c’était. Je suis honoré d’avoir pu travailler sur ce projet. Je suis ravi que les détenteurs de droits d’auteur que nous avons contactés aient été si aimables de travailler avec nous et les gars pour que cela se produise.

Quel était votre rôle en particulier ? Avez-vous clearé des chansons sélectionnées de tous les albums ? Juste le premier ?

Cette fois, De La a eu la chance d’être assisté par Reservoir. Une équipe a passé en revue tous les contrats, tous les papiers, tout a été organisé.

Vous savez, c’est incroyable que tout le monde se réfère toujours à WhoSampled comme étant l’endroit qui a les bonnes informations. Même De La Soul dit : « Ouais, ce n’est pas exact. Ce n’est pas ce qu’on a utilisé. On a utilisé autre chose. » C’était excitant parce que les gars savaient ce qu’ils utilisaient. Je ne suis arrivé à bord que lorsqu’ils étaient complètement organisés.

Au moment où vous avez rejoint le processus pour Three Feet High and Rising, quel pourcentage de samples restait-il à clearer ?

Vous savez quoi ? Je ne saurais pas dire quel est ce pourcentage. Je ne voulais pas voir les choses que je n’ai pas clearées, parce que c’est accablant. Je veux dire, quand tu cleares des samples, il y a tellement d’informations. Il y a le titre de la nouvelle chanson, le titre de la chanson échantillonnée, les artistes échantillonnés, les auteurs échantillonnés, les éditeurs échantillonnés, les partages, la part qui pourrait rester si d’autres samples avaient déjà été clearés. Je ne voulais pas de toutes ces informations. Tout ce que j’ai demandé, c’est ce sur quoi je devais concentrer mon énergie pour terminer les vérifications et franchir la ligne d’arrivée.

Combien de temps ce processus a-t-il duré ?

En fait, cela a pris un an. Nous sommes montés à bord en janvier 2022.

Malheureusement, vos efforts n’ont pas été couronnés de succès à 100%. Une personne impliquée dans le processus m’a confirmé qu’il y a eu au moins quelques reprises. Pouvez-vous m’en parler ?

Dans certaines des quelques chansons où ils ont rejoué les samples, la conversation que nous avons eue était : « Hé les gars, voici un détenteur de droits d’auteur qui n’est peut-être pas compréhensif ; ou cela pourrait vous drainer financièrement ; ou vous avez tellement de samples, et un détenteur de master échantillonné prend un pourcentage des recettes nettes ou brutes des artistes pour des licences tierces, et vous voulez laisser une part pour vous-même. »

Je sais que peut-être certains fans sont déçus si quelque chose a été rejoué, mais le coût des échantillons est très différent maintenant. À l’époque, on pouvait avoir James Brown pour un rachat de 500 dollars. Nous avions l’habitude d’obtenir ces choses à un coût beaucoup plus bas.

Parfois vous devez rejouer, parfois vous devez interpoler. Ce sont des décisions créatives avec lesquelles je n’ai rien à voir. Mon travail consistait à les guider, à les conseiller et à leur faire savoir si j’avais des préoccupations ou des idées. Ils savaient alors quoi faire.

Des groupes contemporains de De La Soul, tels que Public Enemy et les Beastie Boys, ont réalisé des albums tout aussi riches en samples, disponibles en téléchargement et en streaming. Pourquoi Paul’s Boutique était-il bon et pas Three Feet High and Rising ?

J’avais l’habitude de poser la même question, et quand je l’ai fait, on m’a dit que les différents détenteurs des droits d’auteur de l’enregistrement de De La – qu’il s’agisse de Tommy Boy ou de Rhino/Warner – ont estimé qu’il y avait des samples non clearés, mais ils ont également estimé qu’ils n’avaient pas les droits de streaming et qu’ils ne voulaient pas prendre de risque. Capital/Universal et Beastie Boys ont pris le risque.

Peut-être qu’il y a des choses que je ne sais pas et qui expliquent pourquoi Tommy Boy a pris sa position et pourquoi d’autres labels ont pris leur position. Parce que tu as raison – nous savons qu’il y a des samples de Led Zeppelin pas clearés par les Beastie Boys. Nous le savons.

Y a-t-il quelque chose que vous voulez que les gens sachent sur le dédouanement des échantillons que nous n’avons pas couvert ?

Si vous samplez, vous devez clearer. Rien n’est gratuit. Si vous incorporez le droit d’auteur de quelqu’un d’autre, vous devez obtenir son autorisation et le payer.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.