C’est une drôle d’histoire que je voulais aborder aujourd’hui, le morceau « Creep » de Radiohead (qui fête ses 25 ans cette année) a été reconnu comme un plagiat…

Un peu de contexte en avant-propos : une décision de justice à obligé Radiohead d’ajouter dans les crédits du morceau les noms de deux musiciens que sont Albert Hammond et Mike Hazlewood du groupe The Hollies. Ces derniers sont même identifiés comme les co-auteurs du morceau. Pourquoi ? Une décision de justice a reconnu que Radiohead avait plagié le morceau « The Air That I Breathe »… Mais le mieux c’est d’écouter tout ça :

• « Creep » de Radiohead (1992)

• « The Air That I Breathe » d’Albert Hammond (1972)

• « The Air That I Breathe » de The Hollies (1974)

De mon point de vue, je dirai que la version de The Hollies est celle qui se rapprochent le plus de « Creep ». A noter qu’elle est une reprise de la version originale d’Albert Hammond, sortie 2 ans plus tôt. Voilà pourquoi ce n’est pas uniquement le seul nom d’Albert Hammond qui apparait dans les crédits, mais également celui de Hazlewood.

Plagiat ou pas ? Plagiat.

Même si on note des similitudes à première écoute, c’est assez peu évident d’affirmer qu’il s’agit d’un plagiat pur et dur. Et pourtant, la justice a reconnu que le titre de Radiohead plagiait bien « The Air That I Breathe ». Les deux auteurs du morceau, Albert Hammond et Mike Hazlewood ont gagné leur procès et figurent dans les crédits de l’album Pablo Honey. Ils partagent également les royalties de « Creep » avec Radiohead.

Albert Hammond : JO et « Sensualité »

Albert Hammond (né en à Londres) est un auteur-compositeur-interprète britannique. Il commence la musique avec le groupe de Gibraltar The Diamond Boys. Il part ensuite pour les États-Unis ou il commence sa carrière professionnelle comme musicien et remporte plusieurs succès dans les années 1970 avec des titres tels que It Never Rains in Southern California, The Free Electric Band, I Don’t Wanna Die in an Air Disaster, I’m a Train, Down by the River.

A noter qu’il est le compositeur de la musique de « Sensualité » de la chanteuse belge Axelle Red, et que son fils Albert Hammond Jr. est membre de The Strokes (guitariste). Il compose également la musique des Jeux Olympiques de Séoul de 1988, interprété par Whitney Houston.

D’autres cas de plagiat

Les plagiats de ce genre sont de plus en plus nombreux. Le dernier en date est probablement le tube d’Ed Sheeran qui reprend « Scrubs » de TLC, mais on pourrait en citer des dizaines (« Come As You Are » de Nirvana, « Dangerous » ou « Wanna be startin something » de Michael Jackson, « How deep is your love » des Beegees, « Bitter Sweet Symphony » de The Verve et j’en passe !)

J’en profite pour faire encore une fois la distinction entre plagiat, reprise et sample. Le plagiat est le seul des trois qui est fait systématiquement de façon illégale. La reprise est en général faite avec l’auteur du morceau original, et le sample est (tout du moins de nos jours) quasiment tout le temps fait en payant des droits au compositeur original. Le plagiat quand à lui, c’est tout le contraire !