Rick Astley plagié, les avocats du cas Blurred Lines sur le coup

1
393

Le morceau Betty de Yung Gravy reprend le tube de Rick Astley c’est évident. Pourtant les producteurs du morceau n’avait pas le droit de « sampler » la voix du chanteur, seulement la partie instrumentale. C’est ce qu’on apprend via Pitchfork.

Rick Astley a intenté un procès à Yung Gravy pour le single « Betty (Get Money) » du rappeur datant de 2022. La chanson interpole le tube d’Astley de 1987 « Never Gonna Give You Up » et, dans le procès, Astley affirme que Gravy a imité sa voix sans l’autorisation légale appropriée. Astley poursuit le musicien de 26 ans et ses collaborateurs pour violation de son droit à la publicité, fausse publicité, concurrence déloyale, etc.

« Dans le but de tirer profit de l’immense popularité et de la bonne volonté de M. Astley, les défendeurs ont conspiré pour inclure une imitation délibérée et presque indiscernable de la voix de M. Astley tout au long de la chanson », peut-on lire dans l’action en justice. « L’imitation de la voix de M. Astley était si réussie que le public a cru qu’il s’agissait en fait de M. Astley chantant et/ou d’un sample direct. »

La poursuite, qui a été déposée jeudi 26 janvier dans un tribunal de Los Angeles, indique que Yung Gravy et ses collaborateurs avaient le droit d’utiliser la composition musicale, mais pas la voix d’Astley, ce qui signifie qu’ils pouvaient reprendre le hit des années 80, mais pas le sampler. Gravy a travaillé avec le producteur Popnick pour recréer la voix d’Astley aussi fidèlement que possible, ce qui, selon l’équipe d’Astley, constitue « un vol non autorisé et intentionnel de sa voix à des fins commerciales ».

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.