The Supermen Lovers est en fait une seule et unique personne : Guillaume Atlan. Musicien français, il s’est fait connaître en 2001 avec le tube « Starlight ».
Il revient en 2008 avec un tout nouveau single : « You and I », et a bien voulu répondre à quelques questions pour Samples.fr.

Yann : 2008 est-elle l’année du grand retour de Supermen Lovers ? Avec un nouvel album ?

Guillaume Atlan : Ca serait une bonne chose. L’objectif est la sortie du troisième album pour octobre 2008 ou janvier 2009, cela va dépendre de la cover de « You & I ».
Après le premier album « The Player », j’ai sorti une série de E.P qui ont vraiment bien fonctionné en club et dans beaucoup de pays (malheureusement très peu en France).
Je les ai regroupé ensuite dans une sorte de compilation que j’ai présenté comme un L.P (Boys in the Wood). Le disque a été distribué via des distributeurs indépendants et fut appuyé par une promo plutôt underground.

(…)


Bien que le but n’était pas de taper des singles radios, j’dois avouer que ca l’a pas trop fait. J’crois qu’une compilation de tracks dancefloor s’étalant sur dix minutes chacun n’a pas été accepté comme la suite logique du premier album.

C’en est suivi une période flou et de doute (c’est bon de faire l’artiste…). J’ai donc fait un peu d’alimentaire avec de la pub (Adidas : la pub avec Zidane) et de la B.O (Poltergay).
J’ai tenté aussi un projet rock-funk avec un pote de l’ancienne écurie « Crydamour », Gregory Louis (Aloud), sous le nom de « Moto ». Le projet a été signé chez « feu » Cyclo Records et a donné naissance à un petit maxi (ma foi fort sympathique!).

Et en 2007 !!!!! Je rencontre Rick Bailey, Monsieur Delegation !!!

Yann : Justement, peux-tu nous parler de la collaboration avec Delegation sur le titre « You and I » ?

Guillaume Atlan : En septembre 2007, je fus programmé pour un concert qu’organisait une radio en Normandie. C’était un genre de festival bien commercial avec des types comme Doc Gynéco et des mecs R&B qui se ressemblaient tous.
En gros un mauvais souvenir, de plus j’étais le seul à jouer vraiment en live (Je ne mix absolument pas, non pas que je trouve ca chiant mais surtout que ce n’est pas métier. Je suis musicien et pianiste à la base et c’est ça que j aime vraiment : jouer ma musique).

Bref je joue et là, le lendemain, mon agent m’appelle pour me dire que le manager de Delegation était dans la salle et a été scotché !! Il souhaite me présenter Rick Bailey!

Sur ce j’envoie à Rick une instru sur laquelle je bossais et je pose une mélodie en yaourth anglais pour la mélodie. Ca lui a plu et il me propose un deal : Je fais une cover de « You & I » où il rechante, car il n’a plus les bandes originales (et n’ayant plus aucun éléments originaux en ma possession, j’ai du tout rejouer), et lui pose sa voix sur mon track et tout ca sans échanger un centime (plutôt dingue de nos jours!!).
Rick est venu à Paris et on a enregistré les deux morceaux. Du coup il m’a demandé de prolonger notre nouvelle collaboration sur un éventuel retour de Delegation.
La cover de « You & I » bouclée, je l’ai mise de coté une année pour faire mon album, et maintenant elle sort avec une distribution chez Wagram et une vidéo réalisé par deux ptits gars qui savent y faire : Poloemaro. Le clip est depuis une semaine visible sur internet (Dailymotion, Youtube, etc….) et en télé depui le 1 juillet.

Bah là faut s’assoir et attendre…

Yann : On trouve sur ton myspace un morceau en featuring avec Norma Jean, un autre avec Delegation donc, y’a t’il d’autres featuring sur les autres titres ?

Guillaume Atlan : Tout d’abord le titre avec Delegation est en fait une autre version de « You & I » mais qu’on a décidé d’oublier au bout du compte.

Pour Norma Jean, c’est une autre longue histoire.

Je connaissais depuis pas mal de temps le DJ Charles Schillings et on se captait plutôt bien. J’ai entendu dire vers la fin du mois de février de cette année qu’il venait de finir un morceau avec Norma Jean (la chanteuse de Chic) et qu’il cherchait des remixeurs. Je lui ai proposé mes services et il m’ donné les bandes séparées.
Le remix l’a enchanté et c’est ce que l’on peut entendre sur mon myspace.

Puis, un mois après, je reçois un mail de Norma Jean qui me félicite pour mon remix. Ca fait pas un pli, je lui envoie deux morceaux du prochain album où je voulais entendre une voix féminine et là surprise !! Elle me renvoie deux semaines plus tard les deux tracks finis avec les mélodies et les paroles que je lui avais envoyé. Et idem qu’avec Rick Bailey, dans un putain de climat de confiance !

Nous sommes en mai 2008 et j’ai quand même Delegation et Chic sur l’album. Mmmmmmh, ca, ca j’aime ca !

Et fin mai, j’apprends que j’aurais en guest une des plus grande voix du disco et de la soul au monde sur mon album !! Je ne vous dirais pas qui….surprise !!!

Yann : Peux tu nous parler de la création de « Starlight » ? Et notamment le choix du sample de East Coast – « The Rock » ?

Guillaume Atlan : Mais de quoi parles-tu ?

Oui, oui, je l’avoue. Mais c’est pas « samplé ». J’ai rejoué exactement le sample avec précision pour arriver à une écoute quasi-similaire à l’original (c’est mieux pour les droits). Puis j’ai mis pas mal d’effets pour faire disparaitre tous les bas et bas médium.

Du coup j’ai pu rajouter une basse et placer des éléments comme des rhodes, clavs, violons et nappes sans bouffer des fréquences du theme de « The Rock ».
Sinon y’a pas eu vraiment de choix sur l’idée de reprendre le theme de « East Cost »… J’ai écouté, aimé et rejoué.

Yann : Quelles sont tes références dans la musique d’hier ? et d’aujourd’hui ?

Guillaume Atlan : Mes références ont une base vraiment « disco-funk ». J’aime le funk, mais ce que je préfere c’est ce son plus massif, surtout dans les bas-médium, qu’a le « disco-funk ».

Pour moi cette musique est en fait née de la récupération du funk par les blancs aux Etats-Unis pour le formater au radio et discothèques. Même si elle était composée, jouée et produite par des noirs, elle s’adressait au public blanc désireux d’écouter du funk mais qui par les faits sociaux de l’époque ne pouvait pas y adhérer pleinement.
Des groupes comme « Earth, Wind & Fire », « Kool & The Gang », « Delegation », « Cameo » et bien d’autres en sont, pour moi, le résultat.

J’ai écouté (et j’écoute encore) beaucoup de « Calif ». C’est à dire toute la musique de la cote ouest des Etats Unis vers la fin 70, début 80 comme : Chicago, Dick Saint Nicklaus, Stretch, Doobies Brothers, etc …

J’avoue que j’ai peu écouté la radio depuis deux, trois ans et je me suis plutôt réfugié dans mes valeurs sures (ce qui n’est pas forcément le mieux). Il faut rajouter un style de vie proche de celui de l’ours …

Yann : Avec quel matériels et logiciels travailles-tu ?

Guillaume Atlan : Je travaille essentiellement en analogique.

Je n’utilise l’ordinateur que pour la séquence midi, il n’y a pas de son qui sort d’une carte, jamais !!! Je mixe tout sur une console Mackie 32/8 analogique et n’utilise que des synthétiseurs et sampleurs. J’enregistre toutes les voix et instruments (basse et guitare) directement dans le sampleur.

Je regrette qu’aujourd’hui très peu de musiciens et producteurs travaillent encore en analogique. Le son est magique et je ne supporte plus la compression pro-tools qui semble être devenue « la norme ». C’est dommage !

Yann : 3 morceaux que tu amènerais sur une île déserte ?

Guillaume Atlan : Chicago – Street Player, Giorgio Moroder – The Chase, Pink Floyd – Time.

Yann : Je te remercie !