C’est assez rare pour être souligné : la dernière publicité des magasins Intermarché, réalisé par Katia Lewkowicz utilise une musique originale samplée en 2003 par Rouge Rouge.

C’était également le cas avec la musique du générique du Gros Journal de Canal+ (qui utilise « Rise » de Herb Alpert). Voilà que l’enseigne Intermarché utilise un titre dont on connaît mieux le sampleur que l’original. Il s’agit ici d’un titre de Marcel Mouloudji intitulé « L’amour, l’amour, l’amour » samplé en 2002 par Rouge Rouge.

Après la campagne très remarquée contre le gaspillage alimentaire avec les légumes moches, conçue par Publicis Conseil et Marcel, Intermarché fait appel cette fois à l’agence Romance (la bien nommée, du groupe DDB) pour signer une campagne qui ferait – sans nul doute – parler dans le milieu de la publicité : #lamourlamour.

Un choix « original »

Mettant un scène une romance naissante entre un client (avec les clichés du jeune qui vont avec) et une jolie caissière du magasin Intermarché, le court métrage utilise tout au long du film une musique assez familière pour tous les amateurs de musique « Lounge » et les compilations Hôtel Costes. Le spot de publicité du troisième distributeur français (derrière Carrefour et Leclerc) casse les codes du genre en misant sur les émotions et un format plutôt long.

• « L’amour » de Rouge Rouge (2002)

• « L’amour, l’amour, l’amour » de Marcel Mouloudji (1963)

Marcel Mouloudji

Quelques mots sur Marcel Mouloudji, chanteur compositeur interprète, mais aussi peintre et acteur. D’origine algérienne et bretonne, il fait ses débuts sur scène en 1935 et sera remarqué par Jean-Louis Barrault. Un an plus tard il passe devant les caméras du cinéma avec le film La Guerre des gosses de Jacques Daroy.

Mouloudji fréquente Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Il obtient son premier succès dans la chanson avec son interprétation de La Complainte des infidèles, extraite du film La Maison Bonnadieu de Carlo Rim (1951). Au début des années 50 Jacques Canetti, agent artistique et patron du cabaret Les Trois Baudets, mène Mouloudji sur le devant de la scène.

Marcel Mouloudji s’éteint en 1994, après une riche carrière, tant dans la musique qu’au cinéma.